Histoire du slam

  Le slam est né à Chicago dans les années 1990. Son inventeur, Marc Smith, a commencé par organiser, en 1968, des tournois de poésie dans un bar qui s’appelait The Green Mill. Ces rencontres poétiques revendiquent un fort caractère démocratique en faisant voler en éclats les frontières et les échelles de valeurs habituelles entre les poètes traditionnels et les poètes de la rue. On claque alors la porte de l’ancien temps poussiéreux et on entre dans la nouvelle génération de poésie. Le slam est un style d’écriture particulier des slameurs expliquent à Tand’M la structure d’écriture du slam : Le mot slam à l’origine, était employé dans un sens sportif (basket-ball, base-ball, bridges). Le slam en argot anglais veut dire « la claque ». En effet, le slam se pratique en tournois au cours desquels le but est de « claquer » verbalement l’adversaire. Le son doit concorder avec la performance. « Quand tu commences à réciter ton texte », décrit T-Ron, « celui qui t’écoute ne comprend pas forcément ce que tu ressens donc, avec le son derrière, on peut vite captiver la personne. Il faut tout faire pour sensibiliser celui qui t’écoute, si ton texte est sincère tu gagneras et tu en seras fier. »
Le slam n’est pas, pour l’instant, très pratiqué en France. « Le slam c’est de la parole statique, c’est moins attirant », raconte Toyz, « Et puis, la culture urbaine, en France, a débuté dans les années 90 par le hip-hop. Par contre, en Amérique, le slam existait avant le rap et des rappeurs comme Tupac Shakur, Raekwon ou le Wu-Tang clan, l’ont pratiqué ou le pratiquent. Si tu demandes à des jeunes Français qui ils connaissent comme slameurs, ils te répondront Abd al Malik ou Grand Corps Malade. Dans la logique, la référence du rap c’est le slam car le slam, ce n’est que des paroles alors que le rap, c’est plus rythmé, il y a des mouvements du corps et tout ». Le rap Français serait donc redevable au slam sans le savoir. La nuance entre les deux se trouverait dans la gymnastique poétique, plus propre au slam qu’au rap.Très vite, ces rencontres poétiques remportent un vif succès et le mouvement s’étoffe à travers les Etats-Unis. En 1990, le premier Grand Slam National voit le jour à San Francisco. En 1997, le réalisateur Marc Levin offre le premier rôle de son film intitulé SLAM à Saul Williams, vainqueur des plus célèbres compétitions de slam. Le film est salué au Festival de Cannes de 1998. Evidemment, les médias se font les relais de cet évènement et très vite la « Slam Family » adopte de nombreux poètes à l’échelle mondiale.

Casquettes |
artiste peintre françoise c... |
Beatstour |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Co3longshamp
| Fengxuepeng
| Linksofcharm